Soutenance

Soutenance de thèse d'Adrien Faudot

le 30 juin 2017
14h
Adrien Faudot soutiendra sa thèse "Les choix de facturation du commerce international : état des lieux, déterminants, inertie de la monnaie".


Membres du jury :

  • Madame Juliet Johnson (Rapporteur), Professeur, McGill University, Montréal
  • Monsieur Marc Lavoie (Rapporteur), Professeur des Universités, Université Paris XIII
  • Monsieur Jean-François Ponsot (Directeur de thèse), Maître de conférence HDR, Université Grenoble Alpes
  • Monsieur Louis-Philippe Rochon (Président de jury), Professeur, Laurentian University, Sudbury
  • Madame Laurence Scialom (Rapporteur), Professeur des Universités, Université Paris Nanterre
Résumé : malgré une apparente concurrence entre les monnaies, le dollar américain est la monnaie adoptée par la majorité des participants aux échanges internationaux, exportateurs et importateurs. C’est ce que montre l’état des lieux statistique proposé dans cette thèse. Partant d’un tel constat, l’objectif de cette thèse est d’expliquer les choix de monnaies de facturation du commerce international. Différents déterminants ont été établis par la littérature académique pour expliquer les choix de monnaies de facturation. Trois approches, aux méthodologies sensiblement distinctes, y contribuent, et peuvent dès lors être confrontées : l’approche macroéconomique standard, l’approche institutionnaliste, et l’approche de l’économie politique internationale. Le principal résultat de cette thèse est de montrer que la compréhension du choix du dollar américain ne peut se contenter des déterminants mis en évidence par les approches instrumentales de la monnaie qui dominent la macroéconomie internationale, et dans lesquelles la monnaie est avant tout vue comme un outil de maximisation d’utilités individuelles : leurs apports sont utiles, mais insuffisants. En appliquant la lecture institutionnaliste aux échanges internationaux, la thèse introduit l’importance des rapports de confiance et d’adhésion des acteurs à l’égard de la monnaie et de l’ordre défendu par ses institutions régulatrices. Cette importance se vérifie dans l’histoire du XXe siècle, à la fois dans l’échec des monnaies concurrentes du dollar, et dans la persistance de la monnaie américaine elle-même.

Summary : despite the appearance of competition between currencies, the US dollar remains the invoicing currency among the actors of international trade. Such observation is derived from ample statistical evidence contained in this thesis. This observation represents the starting-point of a broader reflection on the rationale underlying the choice of an invoicing currency in international trade, which is the central question which this thesis aims to address. Various determinants have been closely examined by the academic literature to that end. Three approaches dealt with the subject, each with its distinct methodology, and can therefore be analyzed comparatively: the standard macroeconomic approach, the institutionalist approach, and the international political economy approach. The main result of this thesis is that preference for the US dollar cannot be explained exclusively by the instrumental approaches of money which usually prevail in international macroeconomics: their contributions are useful but inadequate as they envision money primarily as a tool for maximizing individual utilities. By applying the institutionalist reading to international exchanges, the thesis introduces the necessity of trust and ethical appeal that money inspires, and the centrality of the social order that its regulatory institutions pursue. This necessity was reasserted throughout the twentieth century, as competing currencies failed to challenge the supremacy of the dollar. It is also evidenced by the resilience of the American currency itself.
 

Localisation

Salle de Conférences Médiat
N° 10 sur le Plan d'accès
Mis à jour le 25 juin 2019