Thèmes de recherche
- économie institutionnelle
- les institutions formelles et informelles
- économie de la Fédération de Russie
- économie internationale
 

CV


Consulter le CV d'Irina Egorova-Legon
 
Titre de la thèse : l'impact de l'ouverture économique sur les institutions internes : le cas de la Russie, sous la direction de Guy Bensimon.

Thèse soutenue le 21 février 2013.
Cette thèse propose une analyse du développement économique à partir du concept de facteur humain qui apparaît en économie institutionnelle à travers les institutions informelles. Ces dernières sont responsables du caractère spécifique de chaque structure institutionnelle nationale qui forme le cadre incitatif de l’économie. Composée de règles formelles et informelles, la structure institutionnelle représente un ensemble évolutif. L’objectif élargi de cette recherche est donc de comprendre l’évolution et le changement des structures institutionnelles en étudiant particulièrement l’impact international sur ce processus. L’objectif spécifique de ce travail est d’appliquer l’approche développée au cas de la Russie afin de contribuer à une meilleure compréhension de la structure institutionnelle russe actuelle, de son efficacité pour le développement économique du pays et de l’impact de l’ouverture économique sur son changement, et notamment sur le facteur humain russe. Avec l’adhésion de la Russie en 2012 à l’Organisation Mondiale du Commerce cette question est d’intérêt particulier car le pays s’ouvre aux nouveaux attributs de la mondialisation.
En mobilisant le cadre théorique croisé entre l’économie institutionnelle, l’économie de développement et l’économie internationale, cette étude nous conduit à présenter la mondialisation en tant que processus institutionnel qui en généralisant les institutions formelles de l’économie de marché et de la démocratie à l’échelle planétaire, a ignoré le rôle du facteur humain local. Cela explique la différence des performances économiques des pays qui ont adopté les mêmes cadres organisationnels. En revanche, la prise en considération du facteur humain dans l’analyse économique permet de développer la vision plus optimiste de la mondialisation. En facilitant le contact direct entre les représentants des structures institutionnelles différentes, elle est capable de stimuler l’évolution des normes de comportement improductif vers les valeurs sociales incitant les actions productives. En appliquant ce constat à l’analyse de la structure institutionnelle russe qui a vu diverger ses institutions formelles et informelles en résultat des réformes de la transition des années 1990, il est possible de conclure que l’ouverture économique de ce pays dans les conditions actuelles favorisera le changement de son facteur humain. Compte tenu de l’incohérence entre le cadre formel et les institutions informelles russes, l’évolution de ces dernières contribuera à l’instauration de l’ordre social formel et impersonnel.   
Mots-clés : facteur humain ; institutions formelles et informelles ; développement économique ; mondialisation ; Fédération de Russie.

Keywords: human factor; formal and informal institutions; economic development; globalization; Russian Federation.